Iz avance

 

Introspection 9 octobre, 2011

Classé dans : — Iz` @ 12:08

Comme souvent, l’essentiel est dans l’étymologie : « action de regarder à l’intérieur ».

 Bizarrement, il n’y a pas qu’en psychologie que ce terme a un vrai sens. L’autre domaine dans lequel il est réellement usité est… l’informatique !

 Pour moi qui ne suis en rien une « geekette », la surprise est de taille, alors je fouille un peu et apprends qu’en programmation informatique il existe des systèmes « réflexifs », à savoir des programmes ayant la capacité d’examiner leur propre état (introspection) ou encore de le modifier (intercession)… Wow ! L’homme n’a donc vraiment plus l’apanage de l’intelligence… Incroyable.

 Mais je préfère ne pas m’attarder, et ce pour deux raisons :

 -         ça ne vous rend pas un peu parano, vous, de découvrir ce genre de choses ? J’ai l’impression que Matrix est tout près !

-         de toute façon honnêtement, je n’ai pas les capacités requises pour développer…

 Retour donc à l’introspection vue par la psychologie ! C’est nettement plus abordable et un poil moins flippant

 Un petit quelque chose m’interpelle quand je zieute ma liste de définitions : bien que toutes renvoient à l’idée de ce qu’il y a à l’intérieur de soi, aucune n’utilise le même mot pour décrire l’action réalisée par le sujet. Le Wiktionary parle d’une « observation » de la conscience, un site de Conseils contre la Toxicomanie évoque une « description détaillée » des perceptions, le site « Psycho Mieux Etre » choisit plutôt la « prise de conscience » de l’état intérieur.

 En regardant rapidement, ces définitions paraissent à peu près similaires… Et pourtant ! Regarder, décrire, ou intégrer ne sont pas des mots interchangeables !

 Alors quid de l’introspection ? S’agit-il simplement d’une observation ? Regarder ce qu’il se passe à l’intérieur de soi, être juste spectateur de ses propres perceptions internes ? Est-ce plutôt une description ? Comme un listage de ce qui existe, une modélisation ? Ou serait-ce une prise de conscience ? A savoir le passage à un niveau conscient de tout ce qui avait été refoulé a priori ? Comme une vague de connaissance qui nous arrive soudainement alors que tout avait été enfoui auparavant ?

 A titre personnel, j’aurais tendance à dire que mes introspections sont bien souvent une succession de ces trois états. Une première observation brute de ce qu’il y a en moi, puis un descriptif plus détaillé de ce que j’aurais observé, et enfin l’intégration concrète de ce qu’il en sera ressorti dans mon mode de pensée conscient.

 Mais à partir de là, deux nouvelles questions me viennent en tête :

 -         pourquoi aucune des définitions existantes ne prend en compte ces trois actions ? Ne sont-elles pas toutes nécessaires ? Chacune d’entre elles néglige deux étapes qui, selon moi, constituent en partie le phénomène introspectif… Trois étapes qui découlent les unes les autres, et sont donc indissociables les unes les autres… Regarder sans mettre en mot (et donc décrire) ce que l’on voit… A quoi bon ? Décrire sans acter (intégrer, prendre conscience)… Où en est l’utilité ?

-         au-delà de ces trois actions, qui ne se retrouvent jamais à l’intérieur de la même définition, ne manque-t-il pas autre chose encore ? J’aurais moi-même tendance à y ajouter une petite phase d’analyse qui n’apparaît nulle part… Un quatrième temps, qui succèderaient au trio observation/ description/ prise de conscience : la réflexion. La mise en perspective, la recherche d’explications, de lien entre les choses…

 Cette dernière étape, qui est indispensable avant le passage à l’action (décider de changer ce qui ne nous a pas plu dans ce qu’on a vu en soi), ne fait-elle pas partie de la phase introspective ?

 Mon frère m’a récemment reproché, à juste titre d’ailleurs, de chercher à donner aux mots un sens allant à l’encontre de leur définition, et je ne voudrais pas qu’il en soit de même ici…

 Je conclurais donc en disant que si l’introspection, dans sa définition « officielle », se contente d’être un simple état des lieux sans possibilité d’y inclure du sens, je vais moi-même finir par la bannir de mon vocabulaire… et me mettre à la recherche d’un mot qui associera le constat à la réflexion, la description à la quête de sens, la prise de conscience à la décision… Et si d’aventure tout cela n’existait pas à l’intérieur d’un seul et même mot, peut-être me lancerais-je dans une pratique plutôt à la mode si j’en crois le succès des livres  tels que « Le dictionnaire des verbes qui manquent » (ouvrage collectif) et « Le dictionnaire impertinent du futur » (Anne-Caroline Paucot) : j’inventerai un mot nouveau. Qui ne conviendra sûrement qu’à moi, certes, mais je ne vois aucune raison de me priver ce petit plaisir bien inoffensif… !

 

Commenter

 
 

Univers sans lisse |
Les ANIMAUX et leurs MESSAGES |
Les maux avec des mots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mbuello
| ma viiie de collégienne
| Superdog